Construire une drink

  • Bastien & Camille
  • 08/11/2020
  • Technique

Pour ceux qui nous suivent sur les réseaux sociaux vous avez certainement vu apparaitre dernièrement quelques photos de mésanges, sitelle ou encore pic épeiche aux bokehs et aux reflets bien sympathiques ! Rassurez-vous je n’ai pas attendu plusieurs jours tapis au sol à attendre qu’un oiseau se pose au bord d’une flaque d’eau. Nous avons juste décidés cet été de construire une drink et les raisons étaient nombreuses !

À travers cet article nous vous prouverons qu’il est possible de réaliser de fabuleux clichés tout en restant dans son jardin et croyez nous c’est plutôt d’actualité ces derniers temps avec le confinement ! Nous vous détaillerons étape par étape la construction de notre drink pour que, vous aussi, vous puissiez réaliser la vôtre. Vous y trouverez toutes nos astuces pour rendre votre installation ultra fonctionnelle.

Qu'est ce qu'une drink et à quoi sert-elle ?

Une drink est ni plus ni moins qu’un « hot spot » pour les animaux et en particulier pour les oiseaux ! Cette installation est constituée généralement d’un bassin et d’un environnement où les animaux trouveront de nombreuses ressources alimentaires.

Mais ce n’est pas tout, la drink est équipée d’un affût fixe vous permettant d’observer et de photographier ses visiteurs dans des conditions uniques.

Schémas et dimensions de notre drink

Un hot spot pour les animaux...

Toute l’année, et en particulier l’Hiver, les oiseaux relèvent un défi quotidien : trouver des ressources alimentaires et de quoi s’abreuver ! L’hiver, la nourriture se fait rare et l’eau est parfois gelée. La construction d’une « drink » permettra aux oiseaux et à certains mammifères (comme les écureuils) de trouver aisément ces ressources. Croyez-nous ils ne tarderont pas à identifier le lieu (même en ville) et à le fréquenter très régulièrement.

Quelques uns de nos visiteurs, un mois après installation 

La drink est également utilisée l’été par les oiseaux qui y trouveront de quoi s’altérer et se baigner. La baignade leur permettra de prendre soin de leur plumage et de se thermoréguler en période de chaleur.

... et le photographe !

La drink c’est aussi un support génial pour réaliser de superbes photos (et oui sinon on aurait pas fait cet article) ! Une fois l’installation identifiée par les animaux, les visiteurs seront nombreux, réguliers et adopteront des habitudes qui vous permettront de les photographier dans d’excellentes conditions.

Vous l’aurez compris, la drink vous permettra d’observer et de photographier très facilement les oiseaux de votre jardin à partir d’un affût et ce sans forcément avoir un objectif à très grande focale. Elle vous permettra de sortir des clichés bien compliqués à réaliser en pleine nature. Mais, pour y arriver, il est extrêmement important de bien penser l’installation avant sa construction. 

Comment bien penser sa drink avant de la construire ?

Avant de se lancer dans l’élaboration de plans et encore moins dans sa construction, il est nécessaire d’avoir en tête quelques notions afin d’optimiser le potentiel de votre drink !

Bien exposer sa drink

Il faut savoir que la période d’activité des oiseaux est principalement le matin. L’idéal serait donc de placer votre drink de manière à ce qu’elle soit exposée au soleil à ce moment. À moins que votre objectif soit de réaliser des photos en contre-jour, l’affût doit donc être placé de manière à avoir le soleil dans le dos. Basique mais ultra important.

Attention : la trajectoire du soleil se décale suivant les saisons ce qui influencera l'exposition de votre drink.

La présence de buissons et ronciers à proximité est un atout. Ils permettront aux oiseaux de se protéger des prédateurs et en particulier du redouté épervier !

Obtenir un joli bokeh

Encore un principe logique, mais pour apporter à vos photographies un rendu artistique et esthétique il est nécessaire de soigner le bokeh. Pour bénéficier d’un flou en arrière-plan prévoyez une distance suffisante entre votre bassin et l’arrière-plan. Plus la distance est importante plus le flou sera marqué. Selon le style de photo recherché il vous faudra trouver le bon arrière-plan (couleur unie ou mixte, arrière-plan coloré, lumineux ou sombre…).  

Késako un bokeh ?
C’est un mot provenant du japonais signifiant « flou ». Le bokeh est recherché en photographie. Il permet d’obtenir un flou de premier plan et/ou d’arrière-plan, hors zone de netteté, permettant d’obtenir un rendu très esthétique.

Dimensionner son bassin

Sa longueur : nous avons fait le choix de réaliser un bassin assez long (5 mètres), nous permettant de bénéficier d’un effet miroir très sympathique par le reflet de l’oiseau. Cette distance minimum avec l’affût permet également de gagner la confiance de certaines espèces plus farouches comme le pic vert.

Sa profondeur : Il est important de prévoir une zone de baignade bien localisée et assez restreinte. Cette zone de baignade ne doit pas s’étendre à l’ensemble du bassin afin d’anticiper au mieux la baignade des oiseaux. Les visiteurs ailés ne se baigneront pas dans des profondeurs trop importantes. Ainsi prévoyez une profondeur approximative de la zone de baignade d’environ 3 à 4 cm. La profondeur pourra être un peu plus importante à certains endroits pour les espèces de grandes tailles comme le geai des chênes.

La partie du bassin à proximité de l’affût doit être assez profonde pour ne pas attirer les oiseaux trop près de vous. Pour vous donner une idée, notre zone de baignade est située sur ¼ du bassin vers le fond, soit une longueur d’un peu plus d’un mètre.

Pour créer aisément des variations de profondeurs, vous pouvez utiliser du sable ou du gravier.

Ajuster le bassin par rapport à l'affût

Pour réussir vos photos il est important d’être au même niveau que le sujet et ainsi de photographier au ras de l’eau permettant d’obtenir une ambiance très sympathique. Vous avez donc deux possibilités : soit enterrer l’affût et avoir le bassin à même le sol, soit surélever le bassin. Nous avons opté pour cette seconde option.

Ainsi le bassin doit être surélevé d’environ 0,8m de haut ce qui correspond à la hauteur du photographe sur son siège d’affût.

Nous avons également fait le choix d’accoler la cabane d’affût au bassin de manière à réaliser des photos au ras de l’eau en ayant une eau floutée au premier plan. Effet garanti !

L'absence d'un point d'eau (mare, cours d'eau, source...) à proximité de votre drink sera un avantage. En effet, les animaux se concentreront sur l'unique point d'eau du coin : votre drink.

Concevoir son affût

Même si les oiseaux viennent rapidement à la drink et que leur présence est quasiment constante, les photographier comme on le souhaite, avec des attitudes ou des comportements bien particuliers, demande toujours un peu plus de temps. Concevez donc un affût assez spacieux où vous pourrez vous sentir à l’aise, y faire quelques étirements ou poser votre tasse de café. Rendez donc vos sessions d’affût les plus confortables possibles. Votre dos vous en remerciera !

Il est important de rendre l’affût sombre à l’intérieur pour ne pas que les oiseaux détectent votre présence. Certaines espèces comme le pic vert ou le geai des chênes fuiront à la moindre inquiétude.

Un filet de camouflage ou un ghillie pourra combler l’espace au niveau de l’ouverture de l’objectif. Évitez d’utiliser une bâche : elle fera trop de bruit lors des mouvements de l’objectif.

Enfin, pensez à rendre votre affût étanche en posant une tôle en guise de toit. Nous l’avons inclinée afin que la pluie n’y stagne pas.

Construire sa drink étape par étape

Étape n°1 : Former l'armature de la drink

L’armature de notre drink a été réalisée à partir de palettes et de voliges.

Dans un premier temps posez au sol au minimum 3 palettes réparties uniformément sur l’ensemble de la longueur de votre futur bassin. Bien évidemment, si vous envisagez de réaliser une drink d’une longueur différente, ajuster le nombre de palettes et leur espacement. Ensuite, fixez sur chaque coin de palettes, des voliges dont la hauteur sera au minimum celle de votre bassin. Entre ces voliges verticales, posez une volige horizontale qui servira d’appui pour la seconde couche de palettes. Reposez 3 palettes, parallèlement aux palettes du sol, qui serviront d’assise au bassin. Veillez à ce que ces palettes soient de niveau. Si ce n’est pas le cas ajustez les voliges horizontales.

Étape n°2 : Poser les dalles

Les dalles d’agencement viendront se reposer sur l’ossature en palette réalisée précédemment. Veiller à ce qu’elles soient parfaitement de niveau.

Soutenez bien le dessous du bassin car le poids de l’eau est très important pour de telles surfaces. Des renforts de type étais ou tout simplement des piquets permettront de conforter l’assise.

Étape n°3 : Ajouter des voliges

Les étapes précédentes ont permis d’obtenir la base de votre drink bien dimensionnée et de niveau. Notre drink étant dans le jardin non loin de la maison, nous avons fait le choix de soigner le côté esthétique de l’ouvrage en l’habillant de voliges. Un travail important de mesures et de découpe vous attend donc !

La pose des voliges va permettre de définir votre profondeur du bassin, ainsi nous vous conseillons de placer une corde bien tendue sur l’ensemble de la longueur (simulant la surface de l’eau une fois la drink remplie) pour connaître précisément la hauteur des voliges à placer une par une.

Si vous souhaitez réduire le coût final de l’aménagement vous pouvez toujours privilégiez le bois de palette à la volige. Mais dans ce cas il vous en faudra un très grand nombre.

Étape n°4 : Installer la bâche

Une  fois la structure en bois terminée, posez votre bâche spéciale bassin à l’aide de vis. Vissez la bâche sur l’épaisseur de la tête des voliges afin d’éviter de transpercer votre bâche. Il est extrêmement important de bien placer vos vis de manière à ce qu’il n’y ai aucun contact entre la pointe de la vis et votre bâche. Le poids important de l’eau pourrait exercer une pression trop importante pour la bâche et pourrait la transpercer. 

Étape n°5 : Construire l'affût

Comme précisé plus haut, il est important de concevoir votre affût de façon à être bien installé. Pour notre part, la cabane d’affût est dimensionnée comme suit : 1 mètre de large pour 1,2 mètres de long (à la taille d’une palette environ). Ces dimensions permettent d’être à l’aise et de positionner un trépied convenablement devant soi. Pour rendre encore plus confortable votre affût, placez une palette qui fera office de sol. Vous pouvez même placer un revêtement par-dessus la palette, pour notre part nous avons fixé du lino.

De façon à être au même niveau que la surface de l’eau et des berges de votre bassin, installez votre futur siège et votre trépied pour savoir s’il faut surélever ou enterrer légèrement la cabane. Pour la surélever il vous suffira d’empiler quelques palettes les unes sur les autres. S’il vous faut descendre un peu, creuser le terrain aux dimensions nécessaires pour enterrer la palette.

La structure de la cabane d’affût peut être réalisée en bois de palettes ou en voliges. Inclinez votre toit et fixez une tôle pour vous protéger des intempéries.

Pour un maximum de discrétion et rendre sombre l’intérieur de votre cabane, prévoyez une porte d’entrée ou une bâche. Cela vous protégera également du vent.

Étape n°6 : Mettre en eau et ajuster

Et voilà la dernière étape, et c’est sans aucun doute l’étape la plus agréable : la finition.

Mettez en eau votre drink ou attendez qu’elle se remplisse d’elle-même après quelques pluies, il est peu écologique de remplir une centaine de seaux d’eau au robinet.

La mise en eau vous permettra de voir si votre installation est bien de niveau. Il y aura certainement quelques ajustements à réaliser en repositionnant quelques voliges.

Vous pourrez ensuite rendre votre drink plus accueillante et plus naturelle en positionnant sur le pourtour du bassin de la mousse, des souches, du lierre… Laissez place à votre imagination, il s’agit d’une véritable mise en scène !

Une fois cette dernière étape réalisée, votre drink est enfin prête à accueillir de nombreux oiseaux et vous promet de sacrés belles sessions d’affût à quelques pas de votre maison ! 

Une piqûre de rappel pour le bien des oiseaux :

L'information est souvent relayée mais nous nous devons de vous le rappeler : apporter de la ressource alimentaire aux oiseaux c’est bien mais il est important de ne pas le faire n’importe comment.
Ainsi quelques points à respecter semblent primordiaux pour préserver la santé de nos amis :

- Nourrir en période de froid uniquement donc grossièrement de novembre à mars. Et choisissez de la nourriture adaptée à vos hôtes (pas de graisse animale par exemple).

- Prenez soin de vos mangeoires et ne laissez pas pourrir l’alimentation ! Nul besoin de mettre des quantités énormes de graines de tournesol qui après une pluie pourriront au fond de la mangeoire. Nous vous conseillons d’approvisionner les points d’alimentation jour après jour et à petite dose.

- En période estivale, l’eau de votre drink se réchauffe et si cette eau est trop riche en éléments organiques, elle s’eutrophisera provoquant la prolifération de certaines bactéries pouvant intoxiquer les animaux. Cet enrichissement trop important de l’eau peut être dû à l’apport des excréments des oiseaux ou encore la chute de certains aliments comme les boules de graisses qui peuvent s’effriter… Nous vous conseillons vivement de renouveler l’eau de votre drink et de limiter l'apport d’élément nutritif dans l’eau.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

En résumé

Le matériel pour construire sa drink :

  • Une bâche spéciale bassin aux dimensions souhaitées. Pour notre part la bâche avait une dimension de 8 m de long pour 2 m de large (pour avoir de la marge)
  • 4 dalles rainurées de 12 mm d'épaisseur : 2,5 m de long pour 0,675 m de large
  • 12 m² de voliges (9 de 2 m et 3 de 3m de long)
  • Environ 15 palettes
  • Une tôle
  • Une boite de vis
  • Un niveau
  • Une équerre
  • Une perceuse - visseuse
  • Une scie sauteuse

Notre drink en quelques chiffres :

  • Temps de construction : 2 jours
  • Dimension de la drink : 5 m de long pour 1,3 m de large
  • Dimension de la cabane d'affût : 1,2 m de long pour 1 m de large et 1,8 m de haut
  • Profondeur du bassin : 2 à 15 cm
  • Coût : 150 € pour les voliges et les dalles et 20 € pour la bâche.

retour à l'accueil du blog

dernièrement

instagram

Notre lettre d'information